Le dernier rapport de l’OCDE [1] et les statistiques récentes sur le chômage indiquent que les femmes, les jeunes et les travailleurs à faible revenu sont les plus durement touchés par la crise économique impliquée par la pandémie de Covid-19. En soutien à ces populations fragiles, le secteur de l’Économie sociale et solidaire (ESS) [2] représente aujourd’hui 10% du PIB français et 2,38 millions d’emplois [3]. Pensé pour favoriser une plus grande cohésion sociale, apporter des réponses aux besoins socio-économiques des territoires et créer des emplois pérennes et non-délocalisables, le modèle de l’ESS s’avère plus que jamais une partie de la solution.

Les intuitions qui sous-tendent ce modèle s’inscrivent dans le sens de l’Histoire. Elles répondent aux enjeux sociaux et environnementaux de demain: ceux de l’inclusion dans l’emploi, de la transition écologique ou de la dynamisation des territoires. Une nouvelle donne qui invite les économies nationales et les entreprises à repenser leur mode de fonctionnement.

Ces intuitions irriguent déjà les grandes entreprises: acteurs de l’ESS et grands Groupes travaillent ensemble depuis des années sur des projets variés, collaborations souvent méconnues du grand public. Les projets qu’ils développent ensemble incarnent pourtant, au quotidien et dans les territoires, une transition écologique inclusive tout en étant économiquement viable. Nous partageons la conviction profonde que le rapprochement de ces deux modèles est bénéfique à chaque partie, comme à la société dans son ensemble. Majoritairement composé de structures de tailles modestes, le secteur de l’ESS ambitionne de passer à l’échelle. Les partenariats noués avec des grands Groupes sont en cela une étape utile qui leur donne accès à un savoir-faire, des moyens et une certaine force de frappe. Les grands Groupes, quant à eux, gagnent à s’inspirer de l’esprit et des méthodes de l’ESS pour faire évoluer leurs modèles en conformité avec les nouvelles attentes de leurs parties prenantes.

L’Institut de l’Entreprise et le GROUPE SOS ambitionnent de mettre en lumière ces collaborations existantes, à travers la parution mensuelle d’une newsletter intitulée « Entreprises de demain ». Cette mise en lumière régulière pourra susciter par l’exemple de nouvelles passerelles et synergies entre ces deux mondes. À travers des interviews croisées de dirigeants de grands Groupes et d’entrepreneurs sociaux ayant collaboré sur des projets communs, nous souhaitons partager au plus grand nombre leur vision et l’ambition qui les anime. En démontant les idées reçues et en révélant les freins à lever, ces témoignages nourriront autant de pistes de réflexion et susciteront, nous l’espérons, plus largement encore l’envie d’agir.

Cette crise est l’opportunité pour toute entreprise de s’inspirer de pratiques nouvelles et de réfléchir à la réinvention de son modèle. L’ESS nous offre des clés pour repenser le rôle de l’entreprise et le capitalisme, par la réconciliation de l’utilité sociétale et des intérêts économiques : saisissons-nous-en !

© Bruno Delessard pour Challenges


 

[2] Le concept d'économie sociale et solidaire (ESS) désigne un ensemble d'entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale, Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance