Philippe Brassac, qui a récemment pris la présidence de la Fédération Bancaire Française (FBF), analyse en quoi ce secteur a démontré son utilité et sa solidité depuis le début de cette crise. Il rappelle que le secteur bancaire est l’un des plus grands contribuables et employeurs en France, et explique que les 5 premières banques françaises font partie des 20 plus grandes mondiales. Alors que le Crédit Agricole poursuit sa mobilisation avec la mise en place des prêts garantis par l’État, des moratoires et prochainement des prêts participatifs qui apporteront des quasi fonds propres aux entreprises, son Directeur général fait valoir la valeur du modèle d’universalité du Groupe, au service de tous les clients, dans tous les territoires.

Parole de Dirigeant

Le Directeur général de Crédit Agricole S.A estime que si cette crise est l’une des plus brutales de l’histoire, elle est également l’une des moins complexes : un arrêt volontaire de l’activité économique pour raison sanitaire, compensé par une mobilisation inédite de ressources afin de créer une opération de « portage » des entreprises de l’avant vers l’après. Pour Philippe Brassac, le secteur bancaire français a une fois de plus démontré sa solidité et sa performance. Pour autant, il œuvre au sein de la Fédération Bancaire Française (FBF) au renforcement du rôle des banques dans la relance de l’économie et veille à ce que la souveraineté du modèle bancaire soit préservée en Europe.

Demain nous allons...

Le Crédit Agricole accompagne les entreprises fragilisées par cette crise, au premier rang desquelles les TPE/PME. Il contribue aux dispositifs créés par l’État, à l’instar des 184 000 Prêts Garantis par l’État (PGE) qu’il a distribués. Philippe Brassac explique que le Groupe a volontairement apporté une aide de 239 millions d’euros à ses assurés subissant des pertes d’exploitation. Il rappelle les bénéfices de la banque relationnelle et universelle pour trouver des solutions personnalisées à chacun. Aujourd’hui, il estime que la crise a été résolue pour 90% du tissu entrepreneurial français et appelle à une poursuite de la mobilisation pour les 10% d’entreprises restantes.

Point de focale...

Parce qu’il croit sincèrement que l’utilité est le moteur de la profitabilité et le seul passeport crédible pour l’avenir, Philippe Brassac nous partage une pensée développée en 1987 par Philippe Jaffré, alors Directeur général de la Caisse nationale du Crédit agricole en pleine crise boursière : « chaque crise qui revient rappelle cet enseignement : il n’y a dans les choses d’autre valeur que celle de leur utilité ». Il espère qu’avec cette crise, l’utilité vienne s’intégrer au business et se soit plus simplement considérée comme une responsabilité ajoutée au business.

Vous voulez recevoir la Quotidienne des Entreprises En Action ? Cliquez sur l'icône représentant une enveloppe sur notre site !

Vous voulez proposer le témoignage de votre entreprise ? Écrivez-nous ICI