Vous êtes ici

L'incertitude électorale pèse sur le moral des patrons

Interview dans Le Monde
31 Août 2016
Imprimer

Retrouvez l'interview de Xavier Huillard, président de l'Institut de l'entreprise

C’est la rentrée. Pour les patrons comme pour les écoliers. Et les uns et les autres affichent la même résignation… Alors que se tient mardi 30 et mercredi 31 août l’université d’été du Medef sur le thème plein d’allant « y croire et agir », les dirigeants d’entreprises ne cachent pas à quel point… ils n’y croient pas. Pourtant, les affaires vont mieux, mais la perspective de la campagne les inquiète. Elle pourrait gripper la reprise.

« On entre en plus dans une séquence préélectorale qui risque de repousser les décisions d’investissement », s’inquiète Gilles Nakache, président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) de Haute-Garonne. « Ce sont des périodes compliquées pour les marchés publics », confirme Patrick Liébus, président de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), « tout le monde lève le pied et les élus attendent de voir qui sera aux manettes pour relancer l’activité locale ».

« L’incertitude électorale ne jouera pas un rôle déterminant et pèsera peu face aux effets positifs sur l’activité que sont les faibles niveaux des taux d’intérêt, des cours du pétrole et le bon comportement de l’euro », tempère toutefois Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain. « La dynamique macroéconomique est là, il ne faudrait pas trop l’abîmer », prévient-il.