Vous êtes ici

Le retour du risque géopolitique

Le triangle stratégique Russie, Chine, États-Unis

La dégradation rapide de l’environnement international est un constat aujourd’hui largement partagé par les décideurs publics et privés. Certains experts l’analysent comme un « retour » des enjeux géopolitiques, lesquels reprendraient le dessus sur les problématiques purement économiques. D’autres soulignent au contraire que ces rivalités stratégiques n’ont jamais disparu, mais avaient été occultées par une représentation de la mondialisation comme dynamique irréversible effaçant les logiques de puissance. Quelle que soit l’interprétation privilégiée, une question se pose à tous les dirigeants d’entreprises : comment faire face à cette montée des incertitudes géopolitiques ? 

Est-il possible de réduire ces incertitudes qui pèsent sur la confiance des acteurs, de modéliser les risques géopolitiques pour contrer l’imprévisibilité ? Pour Thomas Gomart, directeur de l’Ifri, c’est d’une part en les intégrant au coeur de leur réflexion et à toutes les étapes de leur projet, d’autre part en combinant plusieurs niveaux d’analyse que les dirigeants d’entreprise pourront prendre en compte de manière optimale ces risques.

Intégrer le risque géopolitique à l’analyse globale des risques demande un effort singulier, d’autant que leurs conséquences sont souvent indirectes ou diffuses : pourtant, s’inscrire dans le temps long, comprendre les lignes de force transversales, appréhender des logiques étatiques et déchiffrer les interactions entre les problématiques économiques, militaires, technologiques et politiques sont des enjeux essentiels.

 

 

C’est pourquoi cette note se concentre sur trois pays – Russie - Chine - États-Unis – qui forment un triangle stratégique structurant pour l’environnement international. Leurs projets de puissance, leurs « grandes stratégies » dans les domaines militaire, énergétique et numérique ont ainsi des impacts systémiques majeurs, que les entreprises françaises doivent identifier et intégrer. Par l’étude approfondie des dynamiques géopolitiques portées par ces trois pays, cette note invite donc les lecteurs à un parcours prospectif des risques auxquels sont et seront confrontées les entreprises européennes.

 

 

 

 

On en parle dans la presse :